felix bole

Il y a, au nord de Lifou, un jardin d’Eden qui mérite une visite. C’est celui de Jeanine et Félix Bole dans la tribu de Mucaweng.

En déambulant dans cet assemblage d’arbres, de plantes et de fleurs, beau par lui-même, par sa grâce propre, mais aussi par l’idée ou le sentiment que Jeanine et Félix y attachent, je perçois que ces deux la possèdent le génie d’un lieu patiemment modelé de leurs mains. Leur sanctuaire d’ombre et de soleil est le plus bienveillant et le plus inspirant qu’il soit. Ils en connaissent la musique et la langue. Quand Jeanine adresse la parole à un arbre, l’arbre répond et Jeanine entend.

Cheminer avec elle, calmement, dans la foule verte de la forêt, c’est être en méditation. Elle distille d’une voix douce sa passion reposante, rafraîchissante. Les arbres nous observent, s’écartent à notre passage et nous accueillent avec prudence. Comme les aveugles, ils se flattent de leurs longues branches pour s’assurer qu’ils sont tous là. Ils se murmurent leurs sentiments. Ils ont adopté Jeanine et Felix.

Avec une petite lueur malicieuse dans les yeux, celle de la passion, ils m’apprennent ce qu’il faut savoir : « se remplir » de la forêt pour mériter les choses.

Le soleil fait étinceler quelques pétales blancs. Les fleurs, les feuilles et les lianes tressent leur vie enveloppante. C’est tout humide et cela attendait. Tout m’attendait. La nature généreuse offre des tableaux remplis d’émotions et de poésie. Il y a aussi leur plantation de vanille. Plus de mille pieds plantés pour féconder la belle orchidée éphémère. Il faut du temps, de la minutie et beaucoup de passion pour ce travail d'orfèvre. Il n'en manque pas.

Félix est aussi en charge du plan Do Kamo auprès de la chefferie du Wetr. C'est le nouveau plan santé de la Nouvelle-Calédonie. Celui-ci attribue à la médecine traditionnelle, un rôle complémentaire à la médecine occidentale. Félix évoque le mystère de la grande médecine dont les racines plongent dans les profondeurs de la médecine kanak, véritable pont entre le visible et l'invisible...

Jeanine, elle, nous parle plutôt de la petite médecine, celle que les femmes pratiquent pour les soins du quotidien, comme par exemple le hmitre pour soigner les courbatures et les douleurs articulaires de l'effort dans les champs ; les différentes variétés de lantana (latana en drehu) pour préparer du thé ou encore des vertus alimentaires du pahatr (Asplenium nidus).

C’est sans hésiter le jardin botanique le plus beau et le plus imprégné de culture kanak qu’il m’ait été donné de visiter à Lifou.

 Chez Félix et Jeanine Bole Tribu de Mucaweng - 98820 Lifou Tél. (00 687) 45 07 69

Texte et photos Jean Francis Clair

 felix bole2